Détails Soirée Chateaubriand

CHATEAUBRIAND à l’OPÉRA

Concert-lecture  Presbytère d’Etienville   Samedi 21 mai 20H30

 

Mémoires d’Outre-Tombe, Avant-propos ; livre premier, chapitre IV ; livre quatorzième, chapitre II

     Cantique de Chateaubriand, air traditionnel arrangé par Manuel Lucas, 2011

(commande du Vivier des Voix)

 

Mémoires d’Outre-Tombe, livre troisième, chapitre VI : Combourg

Darius Milhaud (1892-1974), Trois Poèmes en prose de Lucile de Chateaubriand, op. 10 (1914)

n° 1 et 3 « L’aurore », « L’innocence »

 

Mémoires d’Outre-Tombe, livre neuvième, chapitre X : l’armée des Princes

André-Modeste GRETRY (1741-1813), Richard Coeur de Lion (1784),

acte I, air de Blondel « Ô Richard, ô mon roi. »

 

Mémoires d’Outre-Tombe, Livre dixième chap. VIII : l’émigration à Londres

Nicolò Jommelli (1714-1774), Scendi propizia, duo baryton basse

extrait de Duetti a due Soprani del Sig. Nicolò Jumelli ad uso di N.N. 1787, réalisation N. Perot

 

Mémoires d’Outre-Tombe, livre septième, chapitre 6 : Voyage du lac des Onondagas à la rivière Genesee

Giovanni PAISIELLO (1740-1816), Duetto « Pandolfetto graziosetto, quel tuo viso m’innamora », extrait de I zingari in fiera, 1789

 

Mémoires d’Outre-Tombe, livre septième, chapitre II : M. Violet

Variations sur Madelon Friquet

thème de vaudeville tiré de L’Europe galante d’André Campra (1697), arrangement N. Perot

 

***

 

Les Martyrs, 1809, livre VI : la bataille des Francs

Albert Roussel (1869-1937), Le Bardit des Francs, 1926,

choeur d’hommes avec accompagnement de fanfare, transcription de Manuel Lucas

 

Les Martyrs, 1809, livre IX : Velléda

Vincenzo Bellini (1801-1835), Norma, 1831, texte français d’Etienne Monnier,

récitatif et cavatine de l’acte I « Casta diva »

 

Les Aventures du dernier Abencérage, 1821

Romance de l’Abencérage « Combien j’ai douce souvenance », version originale sur une mélodie auvergnate, 1806, et version de César Franck (1822-1890), 1842-1843

 

Mémoires d’Outre-Tombe, livre XXX, chapitre 7 : réception à la Villa Médicis

Les quatre Barbus, Ouverture du Barbier de Séville, 1954, texte de P. Dac et F. Blanche

 

Voici un programme rare. Chateaubriand reste un auteur classique, toujours connu et très lu parce qu’il unit à son génie littéraire l’intérêt historique des analyses et des récits de cette épopée de son temps que constituent les Mémoires d’Outre-Tombe, lesquels couvrent presque quatre-vingts ans d’histoire. Mais connaît-on Les Martyrs, épopée sur la dernière grande persécution romaine contre les chrétiens ? On aurait pu multiplier les extraits, de la Vie de Rancé ou du Génie du christianisme avec Atala et René. L’idée de notre programme a en effet été de restituer les très nombreuses musiques dont parle Chateaubriand dans ses différentes œuvres, ou de révéler celles, bien moins nombreuses, que son œuvre a pu inspirer. La première catégorie nous immerge dans le paysage musical de son temps, fait de romances, d’opéras-comiques français (Grétry, Steibelt) et d’opéra napolitain (Paisiello, éphémère maître de chapelle de Napoléon, Jommelli, qui, avec Pergolèse, fournit beaucoup aux programmes de concert de l’Ancien Régime). Dans les années 1820-1830, c’est le bel canto romantique qui triomphe et Chateaubriand, comme tant d’autres, cède à cette mode. La très célèbre Norma est l’adaptation d’une tragédie d’A. Soumet jouée la même année 1831, qui combine l’histoire de la druidesse Velléda avec celle de l’antique Médée. On aurait pu inclure dans ce programme certaines pages de Berlioz inspirées par le personnage de René. Il faut attendre un retour en mode de Chateaubriand à la fin du siècle pour voir ses textes mis en musique, comme le farouche Bardit des Francs d’Albert Roussel, Milhaud ou, plus tôt, l’envoûtante Souvenance de César Franck, très proche de l’atmosphère de Baudelaire, autre grand lecteur de Chateaubriand.

 

 

Trois pièces pour quatuor d’hommes structurent ce programme ; on a adjoint à cet effectif uen soprano pour avoir une grande variété de combinaisons. Tous ces chanteurs du Vivier des Voix font ou ont fait leurs armes dans la classe de chant de Martine Postel au Conservatoire de Caen et participent aux nombreuses productions du Vivier depuis une dizaine d’années. Christophe Jourdain les accompagne au piano. Elève de Dona Sévène, il a obtenu le 2e prix du concours international des amateurs de piano / Ile de France : 2013 et le 2e prix du concours amateurs Chatou : 2013. Il se produit en Italie et dans le cadre de Normandie Impressionniste.

Contact : perot.nicolas.jean@gmail.com

 

 

Elise Marie : soprano (Milhaud, Paisiello, Bellini, Steibelt)

Thomas Michel : ténor

Louis-Marie Nivault : ténor

Nicolas François : baryton (Grétry, Jommelli)

Nicolas Perot : basse (C. Franck, Jommelli, Paisiello)

Christophe Jourdain : piano

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *