, ,

ouverture de la saison baroque, samedi 9 juillet 21h

Portrait Nina     Ne manquez pas  « L’ensemble « Angelique » qui ouvrira la Saison baroque  du Cotentin,     le samedi 9 Juillet 2016 à 21h, dans la jolie Eglise d’Etienville

Le Programme

Aux  délices,  Bergères…

Chansons, brunettes et petits airs tendres, à l’orée du XVIIIe siècle

Tout le courant musical se fonde  principalement sur Virgile et ses Bucoliques qui va, à sa redécouverte vers la fin de la Renaissance, et au moment de sa relecture après les guerres de religions, ouvrir tout un monde de fantaisie sur la vie à la campagne et particulièrement sur la vie des bergers qui aboutira à un monument de la littérature pastorale : L’Astrée d’Honoré D’Urfé qui sera publié de 1607 à 1627 en épisode.

Bien que nous soyons très tôt dans le 17° siècle, ce roman monumental, dont il n’existe aucune publication intégrale pour le moment, conte les amours d’Astrée une bergère, et de Céladon un prince déguisé en berger pour la séduire, et le récit des épreuves que ce couple traverse et du dénouement qui leur permet de vivre ensemble heureux au milieu des moutons.

Cet Astrée est donc à la base des brunettes, airs tendres, et autres chansons, car il va même influencé au 18° siècle Diderot dans ses écrits sur la nature, surtout dans la symbolique des lieux de sa « Promenade du sceptique », puis Voltaire dans sa correspondance et dans la vision très cassante de la nature qui transparait dans, par exemple, son Candide, où la nature est presque à l’image des Hommes qui l’habitent : hostile et dangereuse

Tout le courant musical se fonde principalement sur Virgile et ses Bucoliques qui va, à sa redécouverte vers la fin de la Renaissance, et au moment de sa relecture après les guerres de religions ouvrir tout un monde de fantaisie sur la vie à la campagne et particulièrement sur la vie des bergers qui aboutira par ce monument de la littérature pastorale : L’Astrée d’Honoré D’Urfé qui sera publié de 1607 à 1627 en épisode.

Bien que nous soyons très tôt dans le 17° siècle, ce roman monumental, dont il n’existe aucune publication intégrale pour le moment, conte les amours d’Astrée une bergère, et de Céladon un prince déguisé en berger pour la séduire, et le récit des épreuves que ce couple traverse et du dénouement qui leur permet de vivre ensemble heureux au milieu des moutons.

L’Astrée est donc une œuvre fondamentale pour ces brunettes, airs tendres, et autres chansons, car il va même influencer au 18° siècle Diderot dans ses écrits sur la nature, surtout dans la symbolique des lieux de sa « Promenade du sceptique », puis Voltaire dans sa correspondance et dans la vision très cassante de la nature qui transparait dans, par exemple, son Candide, où la nature est presque à l’image des Hommes qui l’habitent : hostile et dangereuse.

On peut même dire que la forte influence de cette vie champêtre et sans souci ira jusqu’à contaminer la reine Marie-Antoinette qui  fera construire son petit hameau où les vaches sont dociles et vivent dans du carrelage…

Rousseau s’en emparera aussi pour bâtir un livret d’opéra son « Devin du village« , en 1752, qui n’est autre que les déboires d’une jeune bergère qui demande conseille au sage devin de son village pour pouvoir se faire aimer à nouveau de son berger dont le coeur lui a été ravi par la dame du lieu. On peut penser à juste titre que L’Astrée  est présent dans l’esprit du philosophe.

A bientôt

Réservation 0233410550

 

 

 

 

 

 

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *